America Bioéthique cellules souches Non classé

Geron, clap de fin

Il y a quelques mois, j’avais fait écho ici-même (enfin plus exactement dans l’avatar de ce blog à cette époque) de l’autorisation délivrée à la compagnie Geron pour tester un traitement expérimental à base de cellules souches pour les personnes ayant eu un traumatisme de la moelle épinière.

Le New York Times annonce ce soir que Geron abandonne purement et simplement cet essai thérapeutique, ainsi que plus généralement toute recherche sur les cellules souches !

Deux raisons :

  • la première c’est que les essais vont prendre énormément de temps avant de donner des résultats (positifs ou négatifs) et donc d’être potentiellement rentables. Geron est apparemment en difficulté financière et ne peut plus se permettre d’attendre si longtemps
  • la seconde raison est que les obstacles légaux et moraux, les attaques régulières contre ce domaine de recherche sont de mauvaise augure et constituent un mauvais présage sur son avenir. Il suffit de suivre la chronique rocambolesque des autorisations et interdictions aux Etats-Unis et ailleurs pour le comprendre; les investisseurs ayant peur de l’incertitude, cela se traduit financièrement par un manque de ressource pour cette recherche non rentable

On a beau jeu habituellement de vanter le modèle de recherche comme d’innovation américain, financé en partie par de larges dons. Mais force est de constater qu’on voit un pattern très clair émerger : les pressions morales et religieuses ont en définitive beaucoup plus d’influence qu’on ne le penserait a priori sur les orientations scientifiques et la recherche biomédicale, ce qui a l’air de devenir courant aux Etats-Unis mais s’est aussi produit en France autour du Téléthon notamment. S’ajoutent les effets grégaires qui font que tout le monde donne pour la recherche pour le cancer – et pas pour le reste. Toute cette dynamique n’est probablement pas sans rappeler les comportements des investissements en bourse en général.

En attendant de jours meilleurs, Geron licencie 40% de son personnel, et suit l’adage darwinien de la survie du plus adapté en se focalisant sur les traitements contre le cancer.

About the author

Tom Roud

Blogger scientifique zombie

2 Comments

  • « So far four patients have been treated. Dr. Scarlett of Geron said that there were “no signs” that the treatment was helping the patients. But that was not expected in the initial trial, which was mainly looking at safety.  »

    S’il y avait eu le moindre signe d’amélioration, ils auraient sans doute continué…

  • Il n’y a, à ma connaissance, rien qui permette de penser que la raison donnée par Geron (problèmes de financement) ne soit pas correcte. De façon générale, aux US tout comme en Europe, les investisseurs semblent se faire frileux dans le domaine des biotechs. Je n’ai aucune indication me permettant de penser que cette situation soit spécifique des cellules souches.
    Quant aux contraintes réglementaires, elles s’inscrivent, à mon avis, dans une tendance plus générale d’un renforcement des contrôles par la FDA, le but étant d’éviter une nouvelle catastrophe (médiatique, si ce n’est sanitaire) du type du Vioxx. Cette évolution touche tous les domaines thérapeutiques, mais il est possible qu’elle soit plus prononcée pour la thérapie cellulaire. Si c’était effectivement le cas, cela ne ferait que refléter la nécessaire prudence de la FDA vis-à-vis de toute nouvelle thérapie (cf. le décès de Jesse Gelsinger lors d’un essai clinique en thérapie génique).
    Enfin, je ne voudrais pas minimiser les objections morales et religieuses aux cellules souches. Mais il ne faudrait pas que l’on pense qu’elles n’existent qu’aux États-Unis ou qu’elles ne proviennent que de la « Christian Right ». Je n’en voudrais pour preuve que le récent arrêt de la CJUE, Brüstle v Greenpeace (C-34/10).

Répondre à zmb X