Geekeries Informatique Non classé Physique Sciences

Picorages

  • série en cours chez celui sur la médaille d’or du CNRS attribuée à Serge Haroche. Episode I, épisode II, bientôt un épisode III. Je le rejoins évidemment sur les poncifs dans l’article du Monde. Y’en a marre de représenter les physiciens comme des espèces de savants fous, vivant dans un monde parallèle ! Et le Monde semble donc se faire une spécialité des illustrations d’articles scientifiques sans rapport avec le sujet !
  • un excellent commentaire sur Wolfram et Wolfram Alpha:

    De plus, ce principe d’équivalence entre les programmes ouvre la porte à une méthodologie originale. La nouvelle méthode scientifique s’apparente à une zoologie. En fait, le rôle du chercheur est maintenant de répertorier comme le ferait un naturaliste l’ensemble des programmes courts possibles. Par bien des côtés, New Kind of Science ressemble ainsi à une espèce de bestiaire de programmes, certains aux effets limités, d’autres possédant des possibilités beaucoup plus larges. C’est cette méthodologie, qui, si l’on écoute Wolfram, serait à la base de la méthode employée pour WolframAlpha.

    C’est cet aspect science catalogue qui me gêne beaucoup dans NKS, car comme expliqué dans le billet précédent (et dans un des premiers billets de ce blog), cela ne me semble pas être de la science proprement dite. Cela dit, je comprends l’intérêt pratique pour des programmes informatiques de trouver des espèces d’algorithmes minimum optimaux. Mais tant qu’on n’a pas compris pourquoi ces algorithmes sont optimaux, je ne pense pas qu’on fasse vraiment de la science. En fait, Wolfram fait un peu comme tout le monde, il confond science et technologie (et c’est vrai qu’il est insupportablement arrogant).

  • Richard Feynman de Los Alamos, Sheldon Cooper de The Big Bang Theory. Suis-je le seul à trouver une ressemblance ?
  • feynman_and_oppenheimer_at_los_alamos
    jim_parsons

About the author

Tom Roud

Blogger scientifique zombie

3 Comments

  • Il y aurait beaucoup à dire sur l’article du Monde consacré à Serge Haroche (et plus que 140 caractères), qui est un peu un cas d’école. On voit bien le dilemme du journaliste : un chercheur en physique quantique reçoit la médaille d’or du CNRS, donc il faut marquer le coup en sortant de l’ordinaire, et faut rendre cela suffisamment intéressant pour le grand public. Déjà, on met un jeu de mots dans le titre (qui a déjà été fait). Ensuite, on se concentre sur la personnalité d’Haroche : qui il est, ce qu’il aime (en dehors de la science bien sûr : musique, peinture…). Quand il s’agit d’évoquer ses travaux, ont brosse à grands traits quelques images bien marquantes qui ne sont plus que des poncifs (chat de Schrödinger, décohérence…), quitte à dire tout et son contraire quelques lignes plus loin pour se procurer un effet de plus (une porte peut être ouverte et fermé… ah ben en fait non). Enfin, on ajoute deux-trois effets de style pour faire correspondre la description du personnage avec son sujet de recherche (c’est comme les chiens et leur maître : ils se ressemblent forcément). Et voilà !

    Le résultat, c’est que le lisible a remplacé l’intelligible…

  • En même temps, le problème n’est-il pas qu’on soit obligé d’en passer par là pour intéresser à la science ? Je ne sais pas.

  • Oui, et peut-être qu’un article comme celui-ci vaut mieux que rien du tout… C’est pour cela que nous sommes vraiment face à un cas d’école, il fait ressortir tous ces travers en même temps que ces contraintes et ces difficultés.

Leave a Comment