Macrotweet Non classé

Macrotweet 1: Uchronie scientifique

Un blogueur du Guardian propose un intéressant exercice de spéculation historique : que se serait-il passé si l’Allemagne avait gagné la Première Guerre Mondiale ? Evidemment, l’exercice est périlleux et probablement dangereusement optimiste, mais l’idée générale est qu’une Allemagne forte n’aurait jamais basculé dans le nazisme, qu’il n’y aurait eu ni Seconde Guerre Mondiale, ni Shoah, et qu’in fine le monde d’aujourd’hui serait complètement différent.

Je trouve que la question ne manque pas de pertinence d’un point de vue purement scientifique. Dans cette période cruciale du XXième siècle où la physique moderne (quantique, relativiste) est née, l’Ecole allemande dominait largement ne serait-ce que par la seule figure d’Einstein, sans parler de Heisenberg ou de Schrodinger qui était à Berlin jusqu’à la montée du nazisme. La chimie allemande rayonnait aussi, de nombreuses réactions cruciales ayant été inventées à l’époque: Fischer-Tropsch pour convertir le charbon en essence (25 % du fuel allemand pendant la Seconde Guerre Mondiale) ou encore Haber-Bosch pour fabriquer des engrais, « nourrissant » la moitié de la population mondiale actuelle ! En matière aéronautique, ce sont les ingénieurs allemands comme von Braun qui étaient à l’origine des V2 comme, plus tard, du lanceur Saturn d’Apollo. Freud était certes à Vienne, mais il participait à une certaine puissance intellectuelle germanophone.

Bref, l’Allemagne d’alors ressemblait pas mal à cette Amérique de la République des Sciences – Amérique qui a d’ailleurs attiré ceux qui ont fui le nazisme. Et sans la Seconde Guerre Mondiale, on peut penser que l’Allemagne aurait dominé, scientifiquement puis économiquement, comme l’ont fait les Etats-Unis. Toutes les technologies développées dans notre histoire à des fins d’abord militaires auraient pu l’être aussi dans un climat de paix, peut-être plus collaboratif aussi. L’Allemagne aurait lancé l’idée de l’énergie nucléaire avant les autres, et on peut espérer que sans la « dépendance au sentier » militaire, des solutions plus propres auraient été envisagées dès le début (Thorium). La conquête spatiale aurait peut-être eu lieu de la même façon face au bloc soviétique, avec l’Allemagne à la place des Etats-Unis. L’aéronautique, l’électronique auraient eu une histoire complètement différente, où Turing aurait peut-être passé davantage de temps à Berlin. Qui sait ce qui en serait sorti ? A l’heure de la mondialisation, c’est alors l’Allemand qui se serait imposé comme lingua franca scientifique…

Et la France dans tout ça ? Si l’on fait abstraction des énormes problèmes politique dans cette histoire alternative où elle aurait perdu en 1918 (…) la science française entre les 2 guerres ne manquait pas de talent ni de ressources – pensons par exemple à la famille Joliot-Curie. Peut-être que la France n’aurait pas été si loin de l’Allemagne en matière d’énergie atomique, qu’un consortium international de recherche sur le nucléaire aurait été la solution « naturelle » permettant de mettre en commun cerveaux, technologies et combustibles. Peut-être que la Science, déjà internationalisée, aurait contribué à rapprocher les peuples dans ce petit continent dont les capitales sont à une heure d’avion les unes des autres, et que la Silicon Valley s’étendrait aujourd’hui quelque part entre Paris et Berlin …

About the author

tom.roud

2 Comments

  • L’hypothèse est certes séduisante, mais il ne faut pas sous-estimer, dans des régimes qui n’ont pas encore les contrepoids d’un régime démocratique, la facilité à déclencher des guerres. En l’occurrence, dans le scénario que tu évoques, une Russie de plus en plus inquiète face à cette montée en puissance de l’Allemagne (qui aurait vraisemblablement grignoté ses alliances) aurait été la puissance la plus susceptible de faire dégénérer des tensions en conflit international. Et comment la Grande-Bretagne aurait-elle réagi à l’expansion allemande en Afrique et en Asie?

    • Merci de ton commentaire. C’est vrai que j’ai été volontairement optimiste, mais en fait, cela pose une question inquiétante: une supériorité scientifique entraîne-t-elle une supériorité technologique, se traduisant par de l’expansionnisme et in fine la guerre ? La science comme facteur déclencheur de conflit ?

Leave a Comment