Non classé Politique de publication

Obsolescence de publication

Deux observations très concrètes allant dans le sens de l’obsolescence « reine rouge » dont je parlais plus tôt [l’idée que le numérique devient obsolescent par lui-même si l’on ne fait rien du fait de l’évolution de son environnement]:

  • Le Monde a récemment fait le ménage dans ses blogs, archivant ou effaçant les blogs des anciens abonnés ne l’étant plus. Le fameux blog de Gilles Klein, le phare a ainsi disparu (provisoirement en tous cas, il est réapparu dernièrement). Deux des blogs auxquels j’ai participé ont disparu dans les limbes d’Internet: le blog du collectif Votons pour la Science (malgré un billet qui avait fait tout de même 200 000 vues !) et le blog que j’avais lancé en tant qu’éditeur lors de l’année Darwin 2009. Que sont tous ces billets devenus ? Probablement sont-ils trouvables dans les limbes de Google Cache. De mon côté, j’ai fait des back-up du blog darwin2009 (qui représente à titre personnel ce que je considère comme l’apogée de ma propre activité de blogueur scientifique), et les billets peuvent en fait être retrouvés sur la c@fé des sciences . Sans les images malheureusement. Peut-être puis-je réactiver dans le futur ces blogs, peut-être pas, mais c’est une illustration de l’obsolescence numérique sans changement technologique, juste du fait du changement environmental (ici la politique de l’hébergeur)
  • La question se pose avec acuité pour les publications scientifiques. On est passé en un peu plus de 10 ans à un modèle « stockage papier » vers un modèle « tout numérique ». Comment alors assurer que les publications d’aujourd’hui traverseront le temps et seront toujours lisibles dans le futur, comme le sont les publications d’hier, indépendamment du format de stockage ou d’écriture ? Ce n’est pas un problème mineur. Il semble que beaucoup de journaux scientifiques aient adopté un standard leur permettant de mettre les publis en ligne et sur des dépôts type pubmed (je soupçonne qu’il s’agisse d’une relative simple conversion en un format XML). L’arXiv offre la politique suivante:

    Our goal is to store articles in formats which are highly portable and stable over time. Currently, the best choice is TeX/LaTeX, because this open format does not hide information. Note that for this and other reasons we will not accept dvi, PS, or PDF created from TeX/LaTeX source. Users of word processors such as Microsoft Word (versions prior to Word 2007) should save their documents as PDF and submit that. Note also that we will not accept scanned documents, regardless of format.

    L’avenir de la publication scientifique est-il à LaTeX, parce qu’il est durable, stable et échappe en quelque sorte à l’obsolescence reine rouge ?

About the author

tom.roud

4 Comments

  • Enfin les formats du web sont assez stables, c’est agréable. J’ai réalisé des cdroms, et j’ai vu mourir beaucoup d’outils : Hypercard, Supercard, Authorware, Icon author, Director (qui semble revenir un peu…), et chaque fois, tout le contenu qui allait avec est mort, est devenu inutilisable, inutile. C’est ce qui m’a amené au langage de programmation Processing, d’ailleurs : c’est un langage créé par des designers, donc qui est réfléchi, il n’évolue pas par accumulation & révolutions, mais très lentement et toujours dans un souci de logique et de cohérence. Reposant.

  • C’est trop peu connu mais les archives ouvertes principales en France, HAL, font l’objet d’une politique d’archivage pérenne remarquable : les fichiers déposés sont régulièrement vérifiés (de façon automatique) et le cas échéant, convertis depuis un format vieillissant (par exemple une ancienne version de PDF) vers le format le plus actuel. Cet argument emporte souvent l’adhésion des chercheurs une fois qu’il est connu…

    • @Enro : Jusqu’au jour où le ministre de tutelle trouvera que HAL coûte trop cher, ou au contraire peut être avantageusement remplacé par un site absurde mais médiagénique créé par une agence de comm’…

  • Pour autant que je sache, LaTeX n’est guère utilisé en dehors de la communauté math-physique-sciences de l’ingénieur. Parce qu’il n’est pas très « user-friendly » (je parle en connaissance de cause) sauf si l’on a des équations à écrire.
    Je l’imagine mal devenir un standard.

Leave a Comment