Elections américaines et science: mes résumés

A l’heure où j’écris ce billet, la Floride clignote entre rouge et bleu, et la tension est à son comble. J’en profite néanmoins pour vous signaler mes quelques contributions sur le sujet de la science dans la campagne américaine sur le blog de l’opération « Votons pour la Science » hébergé par lemonde.fr, Episodes I, II, et III.

Ces contributions m’ont valu d’être interviewé par RFI, et vous pouvez retrouver ma très courte intervention sur cette page. A la fin de cet extrait, il y a notamment une interview d’un partisan français de Mitt Romney, qui présente un argument … intéressant:

S’il y a débat sur un point de vue éthique ou moral, ce n’est pas à l’Etat de financer avec l’argent des gens. (…) S’ils sont en desaccord avec une action, vous allez utiliser leur argent pour financer quelque chose qu’ils ne souhaitent pas mis en place. Pour cette raison, vous ne pouvez pas avoir d’argent public à partir du moment où sur un débat scientifique, vous avez une question morale dedans.

Question: on pourrait arguer de la même façon que plein de gens trouvent la théorie de l’évolution profondément immorale, et donc que les scientifiques travaillant dessus ne devraient pas recevoir de fonds publics, non ?

Il y a un mème étrange chez les partisans français de Romney comme quoi s’il n’est pas populaire en France, c’est parce qu’on ne le connaît pas. Le genre de discours plus haut est presque pire que le préjugé qu’on pourrait s’en faire. En espérant que c’est mon dernier Romney bashing.

4 réflexions au sujet de « Elections américaines et science: mes résumés »

  1. Mine de rien, c’est une question bien compliquée, en tout cas bien plus compliquée qu’il n’y paraît.

    Si on écoutait ce monsieur, Copernic, puis Galilée auraient dû eux aussi connaître le même sort que Giordano Bruno, puisque la morale de l’époque prescrivait que la Terre était immobile et au centre de l’Univers, et que Copernic et Galilée ont affirmé que la Terre tournait autour du Soleil. Tous leurs successeurs (Newton, Leibniz…) auraient dû l’être aussi, ou tout au moins, il aurait fallu les empêcher d’effectuer leurs recherches. Ce qui signifie clairement que la science et la connaissance n’auraient jamais pu progresser comme elles l’ont fait ces 300 ou 400 années, et on n’aurait jamais pu (entre autres choses) accéder au niveau de confort que nous connaissons aujourd’hui.

    Doit-on, à l’inverse, s’en tenir à la position selon laquelle science et morale doivent toujours être séparés, la science se contentant juste d’augmenter le corpus de connaissances ? Certains rétorqueront à juste titre la maxime rabelaisienne «science sans conscience n’est que ruine de l’âme.» Parce qu’elle se contente d’augmenter le corpus de connaissances sur le monde qui nous entoure, faut-il refuser à tout prix d’entraver la recherche scientifique sur, par exemple, les cellules souches embryonnaires, le clonage, les expériences de mort imminente, les utérus artificiels, les organismes génétiquement modifiés, les substances dopant l’organisme… ? (Je prends volontairement des sujets polémiques, voire considérés aujourd’hui comme immoraux)

    Bref, où placer la limite entre la recherche scientifique qui est acceptable et celle qui ne l’est pas ? Même si je suis en désaccord avec ce partisan de Romney, je ne crois pas non plus qu’apporter une réponse à la question philosophique qu’il pose soit si simple et si facile…

      • Nous sommes tous deux des scientifiques, alors c’est une réaction normale. Normale, puisque nous nous sommes les mieux à même de comprendre de quoi il retourne, et donc nous sommes aussi les mieux à même de comprendre les implications morales et philosophiques des travaux scientifiques. Néanmoins, on peut essayer aussi de comprendre la réaction de ceux qui ne raisonnent pas comme nous…

  2. Bonne idée d’avoir fait passer ces liens, je ne connaissais pas tes interventions sur les blogs du Monde.

    Par contre tu as quelques commentaires à répondre en retard là-bas, c’est pas très sérieux tout ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>