America Badinguerie Bioéthique cellules souches Informatique Non classé Physique Sciences

Gaffes politico-scientifiques

La confusion de Sarkozy hier sur le carbone et la couche d’ozone (très années 90 tiens, la couche d’ozone…) m’a donné envie de rechercher (un peu méchamment) quelques « gaffes » scientifiques plus ou moins graves de divers politiques. Voici ma petite sélection internationale et personnelle, par discipline :

Physique : A tout seigneur, tout honneur, Claude Allègre, qu’on aurait pu nominer plusieurs fois. J’ai une tendresse personnelle pour la polémique dite de la « boule de pétanque« , ayant impliqué des sommités telles que le Canard Enchaîné et Georges Charpak

Mais surtout se joue dans cet ouvrage un nouvel épisode de la controverse de la balle de tennis et de la boule de pétanque qui va opposer quatre ans durant Claude Allègre au Canard enchaîné. Elle débute en 1999, sur un plateau de TF1, quand celui qui est alors ministre de l’Education nationale déclare : «Vous prenez un élève, vous lui demandez : vous prenez une boule de pétanque et une balle de tennis, vous les lâchez, laquelle arrive la première ? L’élève va vous dire : la boule de pétanque. Eh bien non, elles arrivent ensemble». La semaine suivante, l’hebdo satirique corrige le membre de l’Académie des sciences : le principe énoncé n’est valable que dans le vide total. Dans l’air, «environnement le plus fréquent pour un ustensile sportif», la boule de pétanque touche terre la première.

Surprise, l’échange ne s’arrête pas là. Une autre lettre du ministre s’attire un nouveau démenti de l’hebdomadaire, lui-même suivi en 2003 d’une nouvelle justification par Claude Allègre dans son livre qui relance la discussion sur l’exemple, cette fois-ci, d’une boule de papier et d’un objet lourd. Dans un fax envoyé au Canard enchaîné, le prix Nobel de physique Georges Charpak confirme l’exactitude des propos du journal.

Charpak, fondateur de l’opération « Main à la pâte », ne pouvait que féliciter le Canard pour son protocole expérimental de largage de boulettes depuis le premier étage de l’immeuble du journal…

Climat (bis) En commentaire du billet d’eqds lié ci-dessus, le bon Enro signale ce billet d’Anthropiques, où Michel Rocard nous sert le même genre de soupe que Sarkozy :

Le principe, c’est que la terre est protégée de radiations excessives du soleil par l’effet de serre, c’est à dire une espèce de protection nuageuse, enfin protection gazeuse qui dans l’atmosphère est relativement opaque aux rayons du soleil. Et quand nous émettons du gaz carbonique ou du méthane ou du protoxyde d’azote, un truc qu’il y a dans les engrais agricoles, on attaque ces gaz, on diminue la protection de l’effet de serre et la planète se transforme lentement en poële à frire. Le résultat serait que les arrière-petits-enfants de nos arrière-petits-enfants pourront plus vivre.

 

Mathématiques : Ah, la fameuse règle de trois de Xavier Darcos…

Evolution : Le débat des primaires républicaines, un grand moment pour le recul de la science

– Sénateur Mc Cain, cette question provient de political.com, et était parmi les questions ayant remporté le plus de suffrages. Croyez-vous en l’évolution ?

– (surprise) n… Oui !

– Juste par curiosité, certains d’entre vous ne croient-ils pas à l’évolution ?

Informatique : Qui peut oublier la fameuse sortie de Chirac visitant la BNF en 1996 lors d’une démonstration informatique ?

La souris ? Qu’est-ce qu’on appelle la « souris »

Les Guignols en ont fait leur miel (« Cliquez sur le mulot… », malheureusement aucune vidéo sur le web)

 

Ajout 2:00 : j’ai trouvé une vidéo de ce moment d’anthologie !

 

Ajout 17 Février 2011 : La vidéo a été retirée, snif…

 

 

Génétique : Il y a une longue histoire d’amour entre l’ADN et Nicolas Sarkozy, souvenons-nous lors de la campagne présidentielle, notre Président débat sur l’inné et l’acquis

Dans un récent entretien avec le philosophe Michel Onfray paru dans «Philosophie Magazine», le candidat de l’UMP à la présidentielle dit «incliner (…) à penser qu’on naît pédophile, et c’est d’ailleurs un problème que nous ne sachions pas gérer cette pathologie».

«Il y a 1.200 ou 1.300 jeunes qui se suicident en France chaque année, ce n’est pas parce que leurs parents s’en sont mal occupés! Mais parce que, génétiquement, ils avaient une fragilité, une douleur préalable», poursuit Nicolas Sarkozy.

Comme beaucoup, j’avais été un peu choqué à l’époque, je pense être toujours d’accord avec moi-même lorsque j’écrivais

Ce qui est vrai pour le cancer ou le suicide, peut être totalement faux pour la pédophilie. Donc débattre là-dessus en tant qu’opinion, déconnectée de la connaissance scientifique, n’a pas de sens. La science n’est pas une philosophie chargée d’équilibrer thèse et antithèse : la science n’est pas une opinion politique qui se suffit par elle-même, le débat scientifique doit être sous-tendu par des faits et n’avance qu’en choisissant et en tranchant

Evolution (bis) On peut d’ailleurs mettre sur le même plan de la confusion entre science et opinion le genre de sorties pro-créationnisme de personnalités comme Tony Blair :

Question : Is the Prime Minister happy to allow the teaching of creationism alongside Darwin’s theory of evolution in state schools?

The Prime Minister: First, I am very happy. (…) It would be very unfortunate if concerns about that issue were seen to remove the very strong incentive to ensure that we get as diverse a school system as we properly can. In the end, a more diverse school system will deliver better results for our children.

 

Bioéthique : La palme de la palme, la cerise sur le gâteau, la pire gaffe (à mon avis) revient cependant à … Bill Clinton. Je l’ai vu en direct, je sens encore ma machoire se décrocher :

Une superbe série qui commence par :

If it’s obvious that we’re not taking embryos that (…) would be used for a process that would allow them to be fertilized and become little babies …

S’il est évident que nous ne prenons pas d’embryons qui pourraient être utilisés dans un procédé qui leur permettraient d’être fertilisés et de devenir des petits bébés

et se poursuit dans la longueur par :

#“…he (President Obama) has apparently decided to leave to the relevant professional committees the definition of which frozen embryos are basically going to be discarded, because they’re not going to be fertilized…”

“…I believe the American people believe it’s a pro-life decision to use an embryo that’s frozen and never going to be fertilized…”

“…those committees need to be really careful to make sure if they don’t want a big storm to be stirred up here, that any of the embryos that are used clearly have been placed beyond the pale of being fertilized before their use…”

“There are a large number of embryos that we know are never going to be fertilized, where the people who are in control of them have made that clear. The research ought to be confined to those.”

“But there are values involved that we all ought to feel free to discuss in all scientific research. And that is the one thing that I think these committees need to make it clear that they’re not going to fool with any embryos where there’s any possibility, even if it’s somewhat remote, that they could be fertilized and become human beings.”

Clinton défend la recherche sur les embryons non-fertilisés. Le problème, c’est que par définition, un embryon est fertilisé. En donnant une position apparemment pro-recherche embryonnaire, il tient en réalité un discours qui exclut de facto la recherche sur les embryons !

D’autres suggestions ?

About the author

tom.roud

21 Comments

  • Ici la vérification du principe d’équivalence entre masse pesante et masse inertielle :
    http://www.youtube.com/watch?v=L55jImEhNZ0

    c’est sur la lune, donc dans le vide. Il n’y a pas de vidéo de Galilée lançant des objets du haut de la tour de Pise.
    Sur Terre et sur une faible distance de chute le principe est vérifiable, à condition que les deux objets aient une forme aérodynamique et ne soient pas trop légers (ne marche pas = plume/boulet de canon, marche = balle de tennis/boule pétanque)

  • Oui, j’ai une suggestion, même si c’est une indirecte: le consensus de Washington fondé sur un énorme malentendu scientifique (mais dans le domaine de l’anthropologie) et que rapporte Alain Caillé dans la Revue du M.A.U.S.S. (numéro spécial de 2006 sur le « capital social »). Il fait allusion à un très fameux article de Robert Putnam intitulé « Bowling alone » :
    « Le consensus de Washington qui a représenté jusqu’à il y a peu la doctrine centrale du FMI reposait sur la certitude que la démocratie naîtrait et se développerait nécessairement dans le sillage des succès de l’économie de marché. Il suffisait donc d’inciter tous les pays du monde insuffisamment dérégulés à renoncer à leurs protectionnismes (…) pour laisser la marchandise librement pénétrer leurs frontières. La démocratie ou la démocratisation suivrait peu après. Un des grands mérites de la notion de capital social aura été d’avoir fortement contribué à battre en brèche ce dogme en se demandant si, à l’inverse, ce n’est pas plutôt la qualité des institutions et de la vie démocratique, la force du capital social qui conditionnent la croissance économique. »

    PS: on appelle « capital social » (d’après Bourdieu) cet ensemble d’éléments qui donnent sa qualité à la vie dans une société – les réseaux d’entraide, le tissu associatif, la solidarité entre génération, les perspectives d’avenir, la beauté du cadre, etc.

    • Ah je vois, en somme la confusion classique entre corrélation (les sociétés démocratiques ont toutes adopté l’économie de marché) et causalité (c’est parce qu’elles ont adopté l’économie de marché qu’elles sont démocratiques, alors qu’en réalité la causalité est probablement dans le sens contraire). C’est subtil, mais c’est assez fort en effet….

  • il n’y a pas si longtemps, Sarkozy avait parlé des empreintes génitales, au lieu de empreintes génétiques

  • pour la vidéo culte du « mulot » de Chirac, se reporter au Zapping de l’année de Canal Plus. J’ai revu la séquence il y a quelques mois, mais malheureusement je ne me rappelle plus de quelle année il s’agissait…

  • A l’évocation du CO2 qui fait des trous dans la couche d’ozone, je suis tombé de ma chaise. Par contre ce qui me fait peur, c’est qu’aucun média n’ait à ma connaissance relevé une bourde aussi révélatrice.
    S’agit-il de gaffes politico-scientifiques isolées ou de l’écroulement de la culture générale toutes classes et tous métiers confondus (journalistes y compris…) ?
    La solution : réformer l’enseignement des sciences en suivant les mêmes méthodes que l’on s’apprête à appliquer à la réforme de l’orthographe :
    – suppression des équa diff’s remplacées par des additions à deux chiffres
    – soustractions sans les retenues et fractions sans les barres,
    – règle de trois ramenée à deux et demi, à négocier,
    – simplification de la classification de Mendeleev à quatre éléments (l’eau, le feu, l’air et la terre qui existent déjà feront l’affaire)
    – généralisation du créationnisme scientifique aux sciences dures (maths, physique, etc…) on va bien rigoler,
    – désinfection des ordinateurs infestés de puces,
    – passage de tous les véhicules au moteur à eau …..
    Je suis sûr que l’on pourrait trouver d’autres bonnes idées, qui dit mieux ?…
    Pendant ce temps en Asie ils étudient dur.
    A votre avis qui mangera le mieux dans vingt ans, eux ou nous ?

  • Les bourdes mathématiques et informatiques me paraissent cependant un peu légère. Pas de relativisme mal placé, pas de docte cours simplement éronés. Juste un Darcos qui ne sait pas faire des maths de primaire (en même temps, la règle de trois m’a toujours paru une bonne façon d’empêcher les gens de comprendre la proportionalité, je ne saurais lui en vouloir) et un Chirac qui ne sait pas se servir d’un PC – ce qui n’est même pas une question approximativement scientifique, dirait-on de quelqu’un qu’il fait une bourde scientifique car il ne sait pas situer la position « arrêt » sur une voiture automatique ?

    Il est vrai que la biologie et la physique sont plus à même d’apparaître dans le discours politique (c’est tout de même plus visuel et plus « concret » que les mathématiques ou l’informatique, et probablement plus directement lié aux affaires politiques). La génétique étant en plus une terre fertile pour le relativisme, le discours politique y reviens naturellement régulièrement. Quant au climat, pas de dessin à faire.

    Je suis sûr, cependant, qu’en de nombreux domaines de sciences (mathématiques et informatiques comprises) on peut trouver quantité délectable de perles politiciennes savoureuses. Mais l’effort pour le faire ne me paraît pas à la hauteur d’une personne seule. Je me suis bien amusé à la lecture de ce billet.

  • Je n’aime pas trop Claude Allègre, mais pour l’histoire de la boule de pétanque, je trouve qu’on est en plein dans le faux procès: ce que son « expérience de pensée » visait à illustrer c’est le fait que l’idée que la boule de pétanque tombe plus vite que la boule de papier « parce qu’elle est plus lourde » est fausse.
    En ceci, il avait tout à fait raison. Et il avait raison d’attirer l’attention sur le fait remarquable que les deux subissent exactement la même accélération.
    Certes, un effet de second ordre (le frottement de l’air) rend l’expérience difficile à réaliser de manière convainquante sur Terrre.

    Mais se joindre au concert de moqueries revient à se joindre à la floppée d’ignorants qui sont bien convaincus que la boule de pétanque tombe plus vite parce qu’elle est plus grosse… Au final, la science n’a rien à y gagner.

    • Oui, bien sûr vous avez raison pour l’effet de second ordre. J’ai une certaine tendresse pour cette histoire parce que j’aurais pu dire la même chose à la télé; par contre, ce qui est amusant, est que la polémique ait continué et rebondi plusieurs fois. Je ne sais pas exactement quelle était le contenu des réactions d’Allègre dans les échanges avec le Canard, mais il y a quelque chose de révélateur dans le fait qu’il ait poursuivi l’échange.

  • ça me rapelle la blague (ou la gaffe??): les avions volent bien dans l’atmosphère à cause de PV=cte : quand la vitesse augmente, le poids diminue. (gnark gnark)

  • @ICE: Mais … A propos de l’ozone, c’est pas Sarko qui est cité dans le billet de Tom, c’est Rocard … ? C’est pas parce que c’est une c*ie que c’est Sarko qui l’a sortie…

  • Ce matin sur France-Inter (9 décembre 2009) Claude Allègre a dit deux fois qu’il fallait « combattre la planète ». A la seconde fois, la journaliste l’a repris, vous voulez sans doute dire « le réchauffement de la planète »

Leave a Comment