Marge d'erreur n-ième

Dans ASI cette semaine, la première partie de l’émission revient sur un décret imposant une réduction de la marge d’erreur intrinsèque des radars.

Personne ne semble comprendre ce qu’est vraiment une marge d’erreur, et du coup personne ne voit où il peut y avoir arnaque dans cette histoire. Comme on l’apprend à l’école (…), lorsque l’on mesure une quantité physique, il est en général impossible de la connaître avec une précision infinie. Toute mesure a une incertitude, plus ou moins grande en fonction de la qualité de l’appareil de mesure. Les radars avaient une marge d’erreur de 5%, on exige donc des constructeurs de réduire cette marge d’erreur à 3% pour améliorer la précision du contrôle de vitesse.

Mais évidemment votre compteur dans votre voiture fait aussi une mesure de votre vitesse. Et donc lui aussi a une marge d’erreur intrinsèque, qui est au minimum la largeur de l’aiguille dans le cadran. Si votre compteur de vitesse a une marge d’erreur de, disons 5km/h, et que le radar a une marge d’erreur de 3km/h, il est tout à fait possible que votre compteur vous indique que vous êtes au-dessous de la limite de vitesse, alors qu’en réalité vous êtes au-dessus, ce que pourra voir le radar. Le seuil de tolérance des autorités doit donc tenir compte des imprécisions à la fois de votre propre compteur de vitesse dans votre voiture et du radar. C’est probablement pour cela que lorsque vous avez une contravention, il y a une diminution (on appelle ça « correction » je crois) de votre vitesse mesurée, qui en théorie doit être supérieure ou égale aux marges d’erreurs cumulées de votre compteur de vitesse et du radar (je ne sais pas si c’est le cas). Si vous êtes au-dessus du seuil, après correction, on est sûr et certain que vous avez bien fait un excès de vitesse.
Une conséquence théorique de la baisse des marges d’erreurs des radars devrait être une diminution de cette correction. C’était ce qui effrayait les auteurs du communiqué initial dont parle ASI : une diminution de la tolérance des autorités. Mais à partir du moment où l’on modifie la précision des radars, il est normal de diminuer cette tolérance. Evidemment, marge d’erreur des radars et tolérance doivent diminuer dans les mêmes proportions, et le tour de vis se mesurera à la différence entre diminution de la marge d’erreur des radars et diminution de la tolérance légale.
L’ironie de cette histoire, c’est que tant que la tolérance légale n’a pas diminué comme la marge d’erreur des radars, en réalité, l’automobiliste y gagne puisque dans les faits on va majorer l’erreur des radars par rapport à la réalité. Il faudrait donc plutôt de réjouir de l’amélioration de la précision des radars (pour l’instant en tous cas…).

[ pas directement relié, mais sur la marge d’erreur dans les sondages/les votes, voir ici et ]

5 réflexions au sujet de « Marge d'erreur n-ième »

  1. ce qui est amusant aussi, c’est le discours (de mauvaise foi) des conducteurs dans toutes les émissions genre « le téléphone sonne » qui se plaignent de la sévérité des contrôles avec des arguments du genre: « j’ai été flashé à 131km/h, c’est injuste d’avoir 2 points de retraits pour 1km/h de dépassement », alors qu’évidemment 131 km/h est « la vitesse retenue », c’est-à-dire la vitesse mesurée – 5 à 10km/h

    vf

  2. « Le seuil de tolérance des autorités doit donc tenir compte des imprécisions à la fois de votre propre compteur de vitesse dans votre voiture et du radar.  »

    A mon avis, non. Les incertitudes de votre propre compteur, c’est votre problème : nul n’est sensé ignorer la loi et chacun est sensé se donner les moyens de respecter les limites de vitesses. A vous de vous débrouiller pour connaître la marge d’erreur de votre compteur et rester en dessous.

    Ceci dit, j’ai plusieurs fois eu l’occasion de confronter la vitesse-compteur avec celle mesurée par un GPS (sur la lonnnnnngue route entre l’aéroport de Jo’burg et mon terrain, pour tout vous dire). Bref, en général quand le compteur annonce 120 (pile, aiguille sur la graduation — ou plutôt, disons 120 +-3), le GPS donne plutôt 110 ou 112. Et ce sur différents modèles de voitures (tous ceux pour lesquels j’ai essayé), et pour des gammes de vitesse de 60 à 120 au moins. Bref, je soupçonne que les constructeurs intègrent déjà une marge de 5-10 % dans leurs compteurs.

    Pour la « vitesse retenue », il me semblait me souvenir que la police applique(-ait?) même plusieurs « rabais » : vitesse mesurée, moins marge d’erreur, moins encore quelques pour-cent pour être tranquille, et on ne poursuit pas des vitesses retenues de moins de 5 ou 10 km/h en excès… enfin, les deux derniers points semblent avoir changé depuis le durcissement des contrôles de vitsse ces dernières années.

    Si on met tout ça ensemble, le pôôôvre type qui a été pénalisé à 131 km/h, ben en effet il était sans doute au moins à 138 ou 140 mesuré par le radar, et donc son compteur devait lui donner un petit 150. Ca devient délicat de plaider la bonne foi…

  3. Légalement, les compteurs de vitesse sont tenus de surestimer la vitesse, l’écart entre la vitesse du compteur et la vitesse réelle étant d’ailleurs légiférée, bien que je ne me souvienne plus des valeurs.

    Cependant, cette précision est sans doute ok en sortie usine, avec le temps, les compteurs peuvent se dérégler. J’ai d’ailleurs connue une personne qui a été contrôlée à 105 alors que son compteur indiquait 90.

  4. Je confirme ce que dit JF : les compteurs sont d’origine étalonnés pour être « optimistes ». Les constructeurs ne tiennent pas à prendre le risque qu’un conducteur se retourne contre eux 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *