Science-fiction d'exo-biologie évolutive

( Billet parodique)
A l’occasion du 300 ième anniversaire de la naissance de Charles Darwin, Science of Nature Online propose un numéro spécial dans lequel le célèbre exo-biologiste Adam Roudski III, fait un point sur les dernières avancées de la théorie darwinienne de l’évolution dans un article intitulé
Evolving outer space.

Abstract : La découverte de nombreuses formes de vie extra-terrestres ouvre des perspectives nouvelles dans la compréhension de la théorie de l’évolution. La comparaison des divers chemins évolutifs empruntés indépendamment pendant plusieurs milliards d’années révèle d’importantes convergences évolutives : information génétique stockée sous forme de polymère, vie pluricellulaire, photosynthèse, organisation des chaînes alimentaires, apparition de la sexualité, plan d’organisation des animaux… Si la théorie de l’évolution explique parfaitement rétrospectivement ces convergences, un cadre théorique plus global semble nécessaire pour comprendre pourquoi l’évolution a choisi d’emprunter plusieurs fois les mêmes chemins dans l’espace des possibles du vivant. Nous examinerons également l’hypothèse comme quoi c’est l’espace des possibles lui-même qui est beaucoup plus restreint qu’on ne le pensait autrefois.

Nous reviendrons aussi sur la loi dite de « Roudski » énonçant qu’au plus une seule espèce intelligente existe par niche écologique, systématiquement au sommet de la chaîne alimentaire, en étudiant avec soin les exemples connus de compétition entre espèces intelligentes ayant abouti à l’extinction de l’une d’entre elles (par exemple homo sapiens et homo neandertalensis), ou des deux (comme l’attestent vraisemblablement les récentes ruines découvertes sur Kobol), ainsi que les exemples de collaboration entre espèces intelligentes marines et terrestres sur la planète Pisces.

Et vous, que croyez -vous ? L’évolution repasse-t-elle toujours par les mêmes chemins ? J’aurais tendance à croire les arguments de Schrodinger sur le stockage de l’information génétique, j’imagine bien la vie pluricellulaire, la sexualité, la photosynthèse, mais pour le reste, je suis agnostique !

6 réflexions au sujet de « Science-fiction d'exo-biologie évolutive »

  1. Les lois complexes et peu connues qui régissent la production des variétés sur Terra 2 sont, autant que nous pouvons en juger, les mêmes que celles qui ont régi la production des formes terrestres. Dans les deux cas, les conditions physiques paraissent avoir déterminé des effets définis et directs;

    Karl-Emmanuel von Darwinstein, Uber die origine den tiere des Terra zwei, p 530.

  2. Je crois que tous les animaux descendent de quatre ou cinq formes primitives tout au plus, si l’on suppose un ancêtre reculé, qu’on pourrait appeler l’archétype de tous les mammifères, nous pouvons concevoir de suite la construction homologue chez tous les représentants de la classe entière.
    C’est pourquoi les animaux de cette classe sont présents sur Terra 2 comme sur Terre, et seront sans doute présents sur toutes les autres planètes habitées.

    Karl-Emmanuel von Darwinstein, Uber die origine den tiere des Terra zwei, p 493 et 542.

  3. Chez nous, sur Dick-3, la conscience est apparue dans le réseau cristallin de notre planète siliceuse. La vie fut parfaite dès le commencement, elle le restera de toute éternité.
    D’autres systèmes vitaux fonctionnent au carbone, créant des formes sans cesse changeantes et d’une diversité inouïe. Le chemin qui guidera ces êtres vers le Grand Réseau et la Conscience Universelle y est plus incertain.

  4. Notre espèce « intelligente  » domine la planète, certes, mais elle le fait depuis si peu de temps à l’échelle de la terre
    Big bang il y a + ou – 15 milliards d’années
    la terre : 5 milliards d’années déjà
    le règne des dinosaures dure 160 millions d’années
    les premiers ancètres de l’homme issus des primates il y a quelques millions d’années
    l’homo sapiens il y a seulement 200 000 ans

    et la domination de l’homme ne commence qu’il y une dizaine de milliers d’années avec le néolithique, la domestication de certaines espèces animales et végétales, puis il y a moins de 5000 ans l’apparition des villes, le détournement de l’eau des rivières dans des canaux
    la révolution industrielle commence il y a 400 ans seulement et la conquête spatiale il y a 50 ans
    et on voudrait en tirer des conclusions?

  5. @ Guillaume : non non, ce n’est pas une boulette

    @ Verel : Adam Roudski III descend d’une lignée de chercheurs aux idées plutôt iconoclastes (son arrière grand-père était un créationniste célèbre connu pour sa théorie du snowball creationnism et spécialiste à ses heures perdues du classement de Shanghai). Il ne faut pas prendre tout ce qu’il dit pour argent comptant.

    Cela dit, Roudski ne dit pas qu’il y a forcément une espèce intelligente par niche écologique, la preuve, il montre bien dans son article qu’une espèce intelligente peut s’autodétruire ou disparaître (c’est probablement ce qui s’est passé sur la planète Kobol). Mais l’avantage de l’exo-biologie comparative, c’est que l’homme n’est plus seul dans l’univers et peut donc mieux comprendre les lois générales du vivant.

    (le tout avec un gros smiley bien sûr 😉 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *