Biologie Humaine cellules souches Nobel Non classé Recherche Sciences

Brèves biomédicales

Je m’étonne de plus en plus de la politique sur les cellules souches, en France en particulier. Un chercheur me confiait récemment que dans ce domaine, la France est peut-être le pire pays occidental. La raison est simple : les lois de bioéthiques en France n’ont pas « tranché ». Aujourd’hui, en France, nous sommes toujours dans un domaine « dérogatoire », où si la recherche sur les cellules souches est tolérée, elle n’est pas vraiment autorisée et peut être interdite du jour au lendemain à l’issue du moratoire actuel. Or, l’une des leçons à retenir semble être que les véritables avancées fondamentales sont venues des pays les plus libéraux sur la question (en particulier les pays culturellement non-chrétiens, en l’occurence asiatiques). Ce ne sont pas les USA, où la liberté de recherche sur le sujet est relativement limitée, qui ont inventé la prometteuse technologie « éthique » des cellules reprogrammées iPS, mais Yamanaka au Japon, dans un pur projet de recherche fondamentale. D’une certaine façon, la recherche d’applications immédiates et le fait de devoir se « limiter » à un nombre limité de souches présidentielles ont peut-être cautérisé la créativité US(voir aussi mon billet de la semaine dernière). Je suis tombé sur cette interview de Peschanski qui confie ne pas poursuivre de projets de recherche fondamentale sur les cellules souches; cela me rend encore plus dubitatif. C’est peut-être mon tropisme américain, mais j’avoue ne pas avoir vu passer de papier d’une équipe française sur le sujet aussi innovant que ce qui peut se faire ailleurs, si bien qu’entre le retard législatif et le tropisme appliqué, je me demande si au contraire la France n’est pas en réalité en train de prendre du retard.

———————————————————————————————————-
Un truc qui m’avait étonné dans le prix Nobel de médecine 2008 est qu’il manquait manifestement un échelon dans la hiérarchie usuelle de la recherche française. Barré-Sinoussi me semblait avoir « fait le boulot » tandis que Montagnier dirigeait l’Unité … Mais quid du directeur du labo ? Il s’appelle Jean-Claude Chermann, et il n’est évidemment pas très content

About the author

tom.roud

4 Comments

  • J’ai l’impression que sur la plus part des sujets de ce type la France est retard et traine dans une non-prise de position et une stagnation attentiste des politique.

  • Oui, c’est à peu près cela : une non-prise de position. Mais je me demande dans ce cas précis si on ne « subit » pas un certain héritage chrétien, même dans notre société très laique. J’ai l’impression que certains de nos hommes politiques du parti majoritaire sont pas mal à cheval sur l’éthique religieuse, enfin celle des autres au moins (« La morale laïque risque toujours de s’épuiser quand elle n’est pas adossée à une espérance qui comble l’aspiration à l’infini » ou encore « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur »). Ce n’est pas forcément une mauvaise chose de se poser des questions, mais ce n’est utile que si on lance un débat à l’issue duquel on tranche vraiment.

  • okay, I’ve held my tongue as I’ve surfed Cafe de sciences blogs …
    but WHY do you bloggers put so much emphasis on the NobLe Prize ??
    Ca me semble un peu comme une culte de personnalite ou un rite tribal.
    imho, there is already a built-in conformist tendency on the Internet — whereby the same epistemic tags + commercial films + news headlines circulate around and around and … such that the world feels smaller and smaller and …

    there needs to be a NobLe version 2.0 … and what would that look like, ENRO ???

  • Hello IRA,
    je vais répondre en French puisque cela ne vous gène pas, pour que les non anglophones puissent continuer à lire le thread.

    A titre personnel, je n’avais pas spécialement envie de parler des Nobel. Enro nous a invités néanmoins à faire quelques billets là-dessus à l’occasion de la remise des prix, pour participer à une espèce d’initiative globale initiée dans la blogosphère scientifique anglophone. Il est vrai aussi que les Nobel sont un espèce de rendez-vous annuel au cours duquel la science fait la une de journaux grands publics en quelque sorte.

    Il se trouve que cette année a été riche côté Nobel pour la France en particulier. Le Clézio a eu le Nobel de littérature. Mais surtout ce prix Nobel de médecine avait toutes les raisons d’être médiatisé, car il vient « clore » la controverse sur la découverte du SIDA, qui a évidemment fait parler d’elle pendant de nombreuses années en France, faisant ressurgir un fond d’antiaméricanisme (la lutte contre le gentil labo français sans le sou contre la machine de guerre US sans scrupule). Par exemple, Montagnier était déjà hyper célèbre en France; c’est je pense le seul exemple de scientifique français largement connu dans le grand public avant d’avoir le Nobel. Ce sont les à-côté de ce Nobel qui le rendent particulièrement intéressant.

Leave a Comment