Petite geekerie du dimanche

Via Passe ta thèse d’abord, je découvre un site répertoriant les livres dont vous êtes le héros

Ah souvenir, souvenir, je me revois en train de fouiner dans le coin secret de la médiathèque de mon collège où ces livres se trouvaient (d’ailleurs je me demande maintenant quel était l’intérêt pédagogique, mais bon). Que de nostalgie, ma série préférée, « Quête du graal » avec Pip, Excalibur Junior, Merlin et ses maisons loufoques, le Phacofouine Fantôme (Zin ba da boum), n’a jamais dépassé les 8 tomes (snif), tandis que mon autre série fétiche, Loup Solitaire, semble avoir continué jusque quasiment les annés 2000.

Je peux le confesser maintenant : je ne faisais jamais les combats. Un jour, cela m’a joué un tour : il y avait un combat impossible à gagner il me semble dans un « quête du graal », et l’auteur m’a traité de tricheur !

Apparemment, un éditeur en a ressorti pas mal en 2006. J’imagine qu’avec les jeux vidéos et les RPG, plus personne n’en fait et que ça doit être aujourd’hui un truc de vieux trentenaires (ça s’essouflait déjà à mon époque); c’est dommage, je me referais bien un petit « Quête du graal » tiens…

5 réflexions au sujet de « Petite geekerie du dimanche »

  1. ah ouais comme c’était bien.
    Je me souviens encore du bouquin Les portes de l’Au-delà. Avec Pip et son écrou dans le cou. Et une énigme super difficile avec un porte en croix ou il fallait découper et remettre en ordre les morceaux pour savoir où aller.
    Moi non plus je ne faisais jamais les combats. Et je jouais sans dés…

  2. Et une énigme super difficile avec un porte en croix ou il fallait découper et remettre en ordre les morceaux pour savoir où aller.

    C’est ce que j’adorais dans la série quête du graal : les énigmes et les « travaux manuels ». Je me souviens que dans le tome 4 il y avait un bâteau en papier à faire aussi…

  3. Ca s’essoufflait peut-être à ton époque mais c’était encore là quelques années après, et pour moi c’était la série des Sherlock Holmes ou rien !

    D’après Wikipédia : « Ce genre, né dans les années 1960-1970, devient célèbre en 1982 avec Le Sorcier de la Montagne de feu. Il connaît son heure de gloire dans les années 1980 et au début des années 1990 avant de sombrer dans l’oubli, les éditeurs abandonnant la réédition de ces livres dont le succès n’est plus au rendez-vous. Un léger renouveau se fait sentir à partir de 2003, lorsque l’éditeur anglais Wizard Books réédite les livres les plus connus de la série Défis fantastiques, suivi en 2007 par Gallimard en français. »

  4. Que mon adolescence aurait été terne si je n’avais pas eu les sarcasmes d’Excalibur Junior pour accompagner mes aventures au plus profond de l’antre des dragons et des portes de l’au-de-là ou encore dans l’effrayante crypte du poète Nosferax.

  5. Si tu veux discuter avec le Magicien Tomrou des formules d’envoutement, va en 57.
    Si tu préfères lui couper la tête et t’emparer de son blog magique, va en 23.
    Si tu décides de passer ton chemin, va en 9.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *