Biologie Humaine Evolution Non classé

Cousins, cousines

Ce n’est un secret pour personne, il est relativement déconseillé d’épouser son frère ou sa soeur. La raison génétique est simple à comprendre : nous portons tous en nous des petites mutations, de petits défauts hérités de nos parents. En général, une mutation sur un chromosome hérité du père sera compensée par un gène sain sur le chromosome hérité de la mère [1], donc pas de soucis. Mais si vous épousez votre soeur, il y a une probabilité assez grande pour que vous portiez les mêmes défauts génétiques, et donc si vous avez des enfants, ceux-ci ont une probabilité non négligeable d’hériter de ces deux défauts et donc d’être atteints d’une maladie génétique.

On peut donc se dire a priori que pour maximiser sa descendance, il vaut mieux épouser quelqu’un de très éloigné génétiquement. En fait, ce n’est pas si clair :

  • si vous épousez votre soeur, en général, vous l’avez rencontré assez tôt et aurez donc des enfants plus tôt que la moyenne, ce qui offre un avantage évolutif
  • dans l’ancien temps, faire des mariages dans la famille permettait de ne pas morceler les terres, et donc apportait un avantage socio-économique qui peut se traduire par un succès reproductif plus important
  • nous venons tous de groupes ethniques relativement homogènes, et du coup l’évolution a peut-être eu le temps « sur-optimiser » le fonctionnement de groupes de gènes présents ensemble dans la population. Autrement dit, un gène peut-être très favorable dans un contexte génétique particulier, mais hors de ce contexte, il ne le sera pas forcément. De tels effets semblent être observés chez les animaux.

Petite population, plus ou moins isolée pendant des siècles, l’Islande est une terre de choix pour les généticiens. Et en particulier pour étudier l’impact de la consanguinité …. Il est relativement facile d’avoir accès aux arbres généalogiques locaux, et du coup on peut évaluer le degré de parenté entre tous les couples sur au moins 200 ans. A partir de là et pour chaque génération, on regarde combien d’enfants ont eu ces couples. Evidemment l’approche est rendue difficile par la transition démographique, par les modifications des modes de vie… Les auteurs de l’étude dont je parle ici affirment pouvoir corriger tous ces effets, et puis comme c’est publié dans Science c’est forcément vrai, n’est-ce pas ? 😛 [2]

enfantsislande.jpeg

La figure ci-contre représente les résultats de cette étude. En abscisse, le coefficient « kinship » représente le degré de parenté entre deux individus. Chaque marque sur l’axe du bas correspond à un degré de « cousinage », la plus à gauche correspond aux cousins de « second degré », c’est-à-dire ayant au moins un arrière grand-parent en commun.

Le panneau A représente le nombre d’enfants par couple en fonction du degré de cosanguinité. L’effet est très clair : plus vous êtes proches génétiquement de votre époux(se), plus vous avez d’enfants. Autrement dit, l’effet d’ordre 0 serait qu’il vaut mieux épouser son frangin !

Les choses se corsent quand on regarde les petits enfants. Le panneau B montre le nombre d’enfants qui se reproduisent en fonction du degré de parenté de leurs parents. Il y a clairement un effet négatif : si vous épousez votre cousine, vous aurez plus d’enfants, mais eux-mêmes auront beaucoup moins d’enfants que le reste de la population. Une des raisons peut-être lue sur le panneau D, qui représente l’espérance de vie en fonction du degré de parenté des parents, et montre que les enfants cosanguins vivent moins longtemps que le reste de la population. Le panneau C enfonce le clou : il représente le nombre de petits-enfants d’un couple en fonction de leur degré de parenté. Il est très clair qu’épouser votre soeur est une mauvaise idée pour votre descendance sur le long-terme …

Le plus surprenant dans cette étude est de voir que trop de distance génétique est tout aussi défavorable pour votre progéniture. Par exemple le panneau C montre aussi qu’il vaut encore mieux épouser sa cousine que d’épouser quelqu’un qui a des gènes complètement différents de vous ! A ce stade il est temps de donner la réponse à la question que vous vous posez tous : comment donc maximiser votre succès reproductif ? Très simple : trouvez-vous une cousine ayant les mêmes arrrière-arrière grand parents que vous. Pas évident, mais pas impossible…

Deux remarques pour conclure. Il me semble difficile a priori de dissocier les effets purement génétiques par rapport aux effets plus « sociaux ». Mais l’étude révèle aussi des corrélations entre degrés de parenté et succès reproductif même pour des parentés très diluées : statistiquement, il vaut mieux épouser son cousin au sixième degré que celui au septième degré. Cela signifie probablement qu’il y a bel et bien une cause purement biologique derrière cet effet. Enfin, les auteurs finissent par une projection assez intéressante. S’il y a un degré de parenté « optimal » , les modifications de mode de vie, avec plus de mouvements de population, plus de concentration de populations d’origine diverses au même endroit vont peut-être ralentir la croissance de la population, en favorisant relativement les couples génétiquement éloignés. L’attirance des extrêmes pour prévenir la surpopulation, c’est beau, non ?

Référence:

An Association Between the Kinship and Fertility of Human Couples, Helgason et al., Science, 8 February 2008:
Vol. 319. no. 5864, pp. 813 – 816
[1] Sauf problème sur les chromosomes sexuels; c’est pour cela que la majorité des hémophiles sont des garçons par exemple.

[2] Plus sérieusement, les résultats sont amusants mais bien évidemment à prendre avec des pincettes. Je suis prêt à parier qu’on aura bientôt un courrier des lecteurs de Science d’un groupe concurrent là-dessus.

About the author

Tom Roud

Nanoblogger scientifique, associate professor incognito (ou presque). Suivi par @mixlamalice

1 Comment

  • Ca fait un peu global comme analyse… Le mieux, a priori, c’est de maximiser sa diversité sur les allèles CMH. Mais il doit y avoir la situation inverse dans d’autre gènes, j’imagine.

    De toute façon mes cousines sont trop jeunes…

    Mais le billet est intéressant

Leave a Comment