Evolution de la spéciation 3 : spéciation en anneau

D’aucuns prétendent qu’il n’y aurait aucune preuve d’événements de spéciation. C’est oublier un exemple naturel tout à fait remarquable : le phénomène de spéciation en anneau.

Imaginez il y a plusieurs millions d’années une population (de salamandres par exemple) arrivant au Nord d’un obstacle naturel infranchissable (un gigantesque massif montagneux). Au fil du temps, nos individus colonisent lentement les alentours du massif en question. Seulement une partie de la population progresse en contournant le massif par l’Ouest, tandis qu’une autre partie de la population contourne le massif par l’Est. Cette colonisation est très lente, sur des temps très longs, si bien que l’évolution (ou la simple dérive génétique) a le temps de se produire. Cependant, des descendants de la population ancestrale restent tout le long du massif montagneux, et toutes les variétés locales se reproduisent entre elles. Néanmoins, quand nos deux populations (Est et Ouest) ont fini de contourner l’obstacle et se retrouvent réunies au Sud, il peut se produire un événement tout à fait fascinant : les populations Est et Ouest ont pu évoluer de façon tellement différente avec le temps qu’elles ne sont plus capables de se reproduire entre elles. Ainsi, tout autour de l’obstacle naturel existe un continuum de populations pouvant se reproduire entre elles, à l’exception d’un point où deux variétés ont été séparées si longtemps que même une fois réunies, elle ne peuvent se reproduire et constituent par définition deux espèces différentes !

Ce phénomène rare et fascinant est un exemple merveilleux d’évolution de la spéciation. Irwin, Bensch et Price ont par ailleurs montré dans un article de Nature en 2001 comment la sélection naturelle peut pousser à cette spéciation en anneau, en étudiant les chants d’un petit oiseau insectivore, Phylloscopus trochiloides tout autour de l’Himalaya. Là aussi, on a affaire à un phénomène de spéciation en anneau tout autour du plateau du Tibet, avec deux nouvelles espèces ne pouvant se reproduire en Sibérie. Dans leur article, ils ont montré comment les chants de oiseaux varient tout le long de l’anneau. Ces chants sont cruciaux car ils permettent aux oiseaux de reconnaître leurs congénères. Partant du Sud, les chants ont évolué vers des formes de complexité différente vers l’Ouest et vers l’Est, si bien que lors de la réunion vers le Nord, les oiseaux ne se sont pas reconnus et ont fini par former des espèces différentes !

Références :
source de l’image des salamandres
page web de Darren Irwin : on peut apparemment écouter les chants des oiseaux (je n’ai pas réussi, à mon grand dam ma debian ne reconnaît pas le format)
Irwin, D.E., S. Bensch, and T.D. Price. 2001. Speciation in a ring. Nature 409: 333-337.PDF sur le site de Darren Irwin
Un article de Darren Irwin, mettant également l’accent sur l’importance de la préservation des variétés naturelles à l’intérieur des espèces

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *