Biologie Biologie Humaine Non classé

Des rapports entre sommeil et obésité

Nature publie dans son numéro daté du 21 Septembre un article intéressant suggérant des liens entre deux « épidémies » des temps modernes : le manque de sommeil et l’obésité.

Quelques chiffres pour commencer. Le constat est connu et a été relayé par les médias ces derniers temps : un milliard d’êtres humains (dont deux tiers des américains) présentent un sur-poids (i.e. un indice de masse corporel supérieur à 25 kg.m^(-2) – pour calculer votre indice personnel, prenez votre poids et divisez-le par votre taille en mètre au carré.). Côté dodo, un américain moyen dormait entre huit et neuf heures dans les années soixante, contre moins de sept aujourd’hui. Or, très récemment, on s’est aperçu qu’il y a corrélation entre manque de sommeil et obésité : une étude montre que dormir seulement cinq heures par nuit augmente vos chances de devenir obèse de 60 % !

Cependant, corrélation n’implique pas relation de cause à effet. On peut en effet arguer du fait que les personnes obèses dorment moins bien du fait de leur surpoids par exemple. D’où la nécessité de faire des études plus précises, notamment sur des modèles animaux. En fait, dans un premier temps, certaines études non concluantes ont été effectuées sur les souris. Celles-ci étaient maintenues éveillées artificiellement, mais ne présentaient pas de surpoids évident. Les chercheurs ont alors réalisé que leurs méthodes de réveil des souris étaient un peu trop violentes (certaines souris étaient plongées dans l’eau par exemple) : les animaux, trop stressés, ne grossissaient pas !
Heureusement (pour les biologistes) existent des mutants animaux tout à fait adaptés à cette étude, ayant naturellement un rythme circadien perturbé. L’horloge circadienne est un cycle naturel qui vous donne votre rythme biologique interne, celui qui vous donne faim à midi, vous donne un bon coup de barre le soir et vous réveille naturellement le matin si vous oubliez de brancher le réveil. Ce rythme est « codé » par l’intermédiaire d’un oscillateur génétique, présent dans toutes nos cellules, et coordonné au niveau d’un groupe de neurones (le noyau suprachiasmatique) situé dans votre cerveau. Les horloges circadiennes des mammifères sont bien connues : plusieurs mutations génétiques sont répertoriées et il existe même des animaux arythmiques. Chez de tels animaux, rien ne va plus : incapables d’acquérir un rythme de sommeil régulier, les souris atteintes deviennent alors effectivement obèses en quelques semaines, avec toutes les pathologies associées (diabète, cholestérol…).

Qu’en est-il chez l’homme ? Dans une autre étude, on a demandé à de jeunes « cobayes » de ne dormir que quatre heures par nuit pendant deux nuits, puis on a mesuré les niveaux d’hormones dans le sang de ces patients. Les résultats sont édifiants : la leptine, hormone de la satiété, chute de près de 20 % tandis que la ghreline, hormone de la faim, grimpe de près de 30 %. Du coup, les patients avaient très faims à l’issue de ces expériences et confiaient vouloir se jeter sur des aliments riches en sucres !

Le lien entre sommeil et appétit semble donc se confirmer, et des études sont en cours pour regarder l’impact de cures de sommeil sur le poids. La moralité de tout cela, c’est que la prochaine fois que vous voudrez faire un régime, commencez déjà par faire une bonne cure de sommeil : c’est sûrement moins désagréable que de se serrer la ceinture !

About the author

Tom Roud

Nanoblogger scientifique, associate professor incognito (ou presque). Suivi par @mixlamalice

5 Comments

  • Excellent ! ;)Mais en fait, les interprétations évolutionnaires vont plutôt dans l’autre sens. A savoir qu’il semble y avoir un avantage évolutif à être réveillé par la faim. L’existence d’un tel mécanisme pourrait alors expliquer que le manque de sommeil provoque des fringales : les circuits biologiques seraient en quelque sorte « reliés ».

  • Ca coupe directement l’appetit. C’est aussi appelé un regime circadien http://www.regime-circadien.com/ ce qui prouve bien que plus on mange a des heures exterieurs que celles de repas on a plus de chance de devenir obese. Au contraire si on mange en fonction du rythme biologique alors c’est bon on ne risque plus rien 🙂

  • […] J’ai déjà parlé sur ce blog des horloges circadiennes. Décrites pour la première fois au XVIIIe siècle, ce sont des oscillateurs biologiques chargés de coupler notre rythme biologique à la succession des jours et des nuits. Les horloges circadiennes sont notamment responsables du fameux “jetlag” (décalage horaire) lorsqu’elles sont déphasées par rapport à l’horaire local quand vous voyagez (dans ce cas d’ailleurs, prenez du Viagra !). Ces oscillateurs biologiques ont une grande influence sur tout notre métabolisme : par exemple, des perturbations du cycle semblent associées à l’obésité. […]

  • […] J’ai déjà parlé sur ce blog des horloges circadiennes. Décrites pour la première fois au XVIIIe siècle, ce sont des oscillateurs biologiques chargés de coupler notre rythme biologique à la succession des jours et des nuits. Les horloges circadiennes sont notamment responsables du fameux “jetlag” (décalage horaire) lorsqu’elles sont déphasées par rapport à l’horaire local quand vous voyagez (dans ce cas d’ailleurs, prenez du Viagra !). Ces oscillateurs biologiques ont une grande influence sur tout notre métabolisme : par exemple, des perturbations du cycle semblent associées à l’obésité. […]

Leave a Comment