Non classé Perso

Pauvre libé…

Cela fait quelques mois que rien ne va plus à libé, voire quelques années selon certains qui glosent sur un journal passé de Sartre à Rotschild. Tout cela je dois le dire m’attriste beaucoup… Je suis un ancien abonné déçu du Monde – j’avais été relativement choqué par le ton très pro-gouvernement autour de 2003. Je m’étais rabattu sur libé et le figaro, tout en conservant mon abonnement en ligne au Monde pour 5 euros par mois, histoire quand même de garder une préférence ne serait-ce que symbolique. Je n’ai jamais été un grand fan du Figaro, même s’il y a parfois quelques tribunes intéressantes (je ne suis pas souvent d’accord avec A. Adler, mais il a un certain style) et même si je m’amuse beaucoup des divers coups de « brosse à reluire » passés sur le gouvernement en général et Nicolas S. en particulier. Libé est plus intéressant selon moi pour ses pages rebonds, ainsi pour quelques-uns de ses chroniqueurs réguliers : de Schneidermann à Davidenkoff sur les questions d’éducation. Les blogs de libé sont eux aussi intéressants. Pourtant la partie « information » de libé a toujours été un ton en dessous du Monde par exemple, et cela ne s’améliore pas ces temps-ci. J’ai trouvé certains articles récents plus que limites. Cela avait commencé par une interview donnée par Nicolas S. fin décembre. Le moins que l’on puisse dire, c’est que c’était musclé : on avait plutôt l’impression d’un match de boxe entre un ministre et un journaliste… avec des coups en-dessous de la ceinture comme lorsque le ministre évoquait la chute des ventes du journal pour moucher son interlocuteur. Et puis là, en une semaine, deux « affaires ». La première concerne le cas Chavez, accusé d’antisémitisme par libé. Je ne connais pas très bien Chavez, qui ne m’a toutefois pas l’air d’un enfant de choeur. Lorsqu’on lit l’article, on n’avait bien sûr aucun doute sur le bien-fondé de cette accusation : Chavez fustigeait les « descendants » de ceux qui ont « crucifié le Christ ». Le Monde a d’ailleurs repris ses accusations. Et puis le doute a surgi. La citation avait été sévèrement tronquée, et mal traduite : le mot juif n’est jamais prononcé, il parlait des minorités « possédantes », qui avaient aussi « crucifié Simon Bolivar ». Il paraît que c’est exactement le discours de la « théologie de la libération« , courant catholique expliquant que les pauvres sont quotidiennement « crucifiés » sur l’autel des intérêts des plus riches, et on serait donc plutôt dans un discours d’extrême-gauche chrétienne. Un rabbin a exprimé ses doutes sérieux. Le Monde a modifié son article en ligne. Et puis est venue une réponse sur le site d’acrimed (je vous conseille de vous y reporter pour avoir tous les détails…) . C’est alors que libé a vraiment débordé. Ils ont fait passer un article d’un blog critiquant leur papier original pour un courrier des lecteurs, ont publié ce texte sans demander quoi que ce soit à l’auteur tout en tronquant ce soi-disant courrier. Limite sur la forme et la déontologie. Sur le fond, après avoir lu de nombreux arguments et contre arguments, j’ai l’impression que libé n’a pas correctement fait son travail dans cette histoire, en occultant certains faits, en faisant des raccourcis, et en biaisant parfois sa présentation des choses – en passant sous silence notamment le discours social mâtiné à la sauce religieuse. Chavez est peut-être antisémite, mais les méthodes employées par libé pour m’en convaincre décrédibilisent complètement leur discours.
Et puis nouvelle affaire ces jours-ci. Libé rapporte qu’un proviseur a été révoqué de l’Education Nationale car il aurait tenu un blog à caractère pornographique, citations à l’appui. En fait, le blog n’avait rien de pronographique : le blogueur s’attristait des requêtes google tendancieuses qui menaient à son site, ce qu’il attribuait au fait qu’il était gay et qu’il évoquait parfois sa vie sentimentale. En fait, en creusant un peu et en lisant la blogosphère, on s’aperçoit que le blog semblait de bonne tenue, et qu’on pouvait y lire des billets d’un proviseur apparemment consciencieux et courageux. Le proviseur a déposé un recours, est soutenu par son syndicat et par l’équipe de son lycée. Le journaliste de Libé s’est excusé, l’article a été modifié.
Tout cela commence à faire beaucoup. Libé a également eu quelques problèmes plus graves assez récemment (grèves, licenciements, rachat partiel, ventes en chute libre). Ma confiance en ce journal en a pris un coup, et j’aimerais sincèrement que ce quotidien redresse la barre…. Car j’aime bien libé malgré tout.

About the author

tom.roud

Leave a Comment