Problème à 2 corps blogosphériques

Citation

Pour ceux qui suivent un peu l’actualité des blogs scientifiques francophones, la grande nouvelle du mois est l’ouverture de plusieurs blogs scientifiques sur la plate-forme du monde.fr. Les plus ultras sur le sujet auront remarqué qu’une discussion vive entre blogueurs « de science » et journalistes  « scientifiques » a suivi, notamment chez notre ami MRR, mais aussi Freakonometrics ou, ce matin, Pascal Lapointe. Si vous avez lu jusqu’ici, vous aurez sans doute lu qu’on m’aura tantôt reproché, tantôt soutenu, pour deux tweets successifs disant, exactement:

“Plus de blogs sur les sciences sur le monde.fr. Mais toujours pas (vraiment) de blogs de scientifiques”

“il semble donc que l’avenir du blog sur les sciences soit le journalisme scientifique. Pas sûr que ce soit un progrès…“

Il me semble devoir expliciter ces tweets (je vais paraphraser et déveloper ce que j’ai commenté par ailleurs).

Commençons par un préambule: l’un des objectifs premiers de la plate-forme du c@fé des sciences était précisément d’inciter les chercheurs à se lancer dans le blog en tant que chercheur. C’est donc un objectif qui me tient à coeur, et il est évident que lorsque l’un des plus grands quotidiens français développe son offre sur le sujet, je suis curieux et attentif.

Or j’ai été un peu déçu par le caractère « institutionnel » de la nouvelle offre de blogs du monde: essentiellement des blogs assez journalistiques, et un blog d’une société savante. Mes tweets ci-dessus ne sont évidemment pas une critique contre le journalisme scientifique ou les sociétés savantes. Je voulais souligner plutôt qu’on n’a justement aucun problème à trouver des blogs de vulgarisation ou tenus par des journalistes scientifiques (qui sont tout à fait sérieux). En revanche on a plus de difficulté à trouver des blogs de chercheurs « sur le terrain », parlant à la fois de la « science chaude » et des aspects spécifiques au métier de chercheurs. Aujourd’hui, ce sont ces blogs qui m’intéressent personnellement le plus. Tout ceci me semble complémentaire: vouloir plus de blogs de chercheur, c’est constater un manque, pas une critique sur ce qui existe par ailleurs et trouve très bien son public. Ce manque ne sera pas comblé, il me semble, sur le site du monde.fr. C’est dommage, car je pense que pas mal de synergies peuvent exister, et que la diversité de tons est bonne et intéressante en soi.

Une préconisation générale dans la discussion est que nous devons tous, blogueurs et journalistes, travailler de concert pour la science en général. Aucun problème: dès 2009, sur le monde.fr, nous (i.e. le c@fé des sciences and friends) avions lancé un blog sur l’année Darwin, qui fut d’ailleurs à l’époque mis en valeur dans les « Blogs à la Une » du monde.fr. Soulignons à ce stade que nous avions eu une véritable stratégie éditoriale visant à fidéliser une audience en postant régulièrement. Au total, une centaine de billets ont été publiés, mélange de news, de reposts et de contributions plus techniques, internes ou externes. Je pense que c’était un bon exemple de ce qu’on peut faire sur une plate-forme grand public. Ce blog a disparu avec mon abonnement au monde.fr, et survit sous coma artificiel dans un coin de la plate-forme du C@fé des Sciences. L’an dernier, nous avons lancé avec l’aide de Deuxième Labo et de quelques autres l’opération Votons pour La science, et nous avons ouvert un blog associé sur la plate-forme du Monde. Ce blog a moyennement marché pendant la campagne car lancé trop tardivement (je pense). Néanmoins, nous l’avions un peu alimenté pendant la campagne US, notamment avec des reposts de mon propre blog, et la copie de ce billet a quand même fait la bagatelle de 200 000 vues, preuve qu’il y a tout de même un potentiel, non ? Le blog a disparu depuis, je pense faute d’update assez régulier, entre autres. Mais je pense qu’avec une vraie stratégie éditoriale et un peu plus de contributeurs, un blog de ce genre ne serait pas inintéressant sur une plate-forme grand public.

Si je cite ces 2 exemples, c’est pour montrer qu’il y a eu des « tentatives » par le passé d’intégration de blogueurs « grassroot » (nous) sur une grande plate-forme médiatique, de notre côté en tous cas. Je ne sais pas ce que Le Monde ou lemonde.fr ont pensé de ces collaborations, peut-être les ignorent ils, peut-être ne les ont ils pas aimées (c’est leur droit), mais elles ont existé. Elles n’ont pas duré car par nature elle se devaient d’être limitées dans le temps, mais 1/ qu’on ne dise pas qu’il est impossible de trouver des blogueurs « scientifiques » 2/ rien n’empêche d’essayer quelque chose du même genre sur la durée il me semble.

Tout cela pour en venir à ma vraie crainte exprimée via ces tweets: à savoir que le blog scientifique mis en avant sur la plate-forme du monde devienne en fait du pur journalisme scientifique. Que le blog poursuive son « institutionnalisation » générale et devienne la seule façon pour les journalistes scientifiques de publier leurs écrits. Qu’on uniformise la pratique du blog scientifique en lui donnant un style journalistique. Qu’au fond, on retourne au statu quo ante bellum du journalisme scientifique d’un côté, et du reste du monde de l’autre. Ce qui ne serait une bonne nouvelle ni pour le journaliste scientifique (payé au nombre de clics), ni pour le reste du monde.

Et quand je lis en commentaires sur le blog de Marc que l’exigence minimum de publication sur la plate-forme du Monde est de 2 billets par semaine, quand je sais le temps que cela prend d’écrire un billet profond sur un sujet sérieux, quand je sais par ailleurs les exigences de la pratique académique (cf ce billet), qui peut croire que, sur le long terme, on aura autre chose que des journalistes ou des pigistes tenant des blogs de science sur LeMonde.fr ?

Comme je le disais dans mes tweets, je ne sais toujours pas si ce serait un progrès, et peut-être serait-ce même mieux au fond, pour la diffusion scientifique en général. Peut-être qu’on estime que parler de la science, dans le cadre d’un blog sur une plate-forme comme lemonde.fr, ne peut être qu’un travail de « professionnel », de journalistes ou de sociétés savantes, avec tout ce que cela implique en terme de codes et de contraintes. Mais, comme dit plus haut, je trouve cela nettement moins amusant.

Macrotweet 5: Pseudonymat des blogueurs scientifiques

Beaucoup de remue-ménage dans la blogosphère scientifique après qu’un éditeur de Nature a divulgué l’identité d’une fameuse blogueuse scientifique sous pseudonyme, Dr Isis (lire la réaction de Isis sur son blog). Le jour même où celle-ci se met en recherche d’un nouveau job, ce qui peut évidemment s’interpréter comme une tentative d’attentat sur la carrière […]

Macrotweet 4 : Leçons de vie d’un Fractaliste

« Mémoires d’un scientifique rebelle », l’autobiographie de ce géant scientifique qu’était Benoît Mandelbrot offre un regard intéressant sur la pratique académique, les traditions scientifiques, voire même la France. Commentons-en 4 courtes anecdotes (traduites par mes soins): Bourbaki m’a fait quitter l’Ecole Normale Supérieure en 1945, et m’a fait quitter la France en 1958 La vision de […]

Macrotweet 3: Le retour de l’humain en data science

En 2008, Chris Anderson, l’ancien éditeur en chef de Wired, prédisait la « fin de la théorie ». D’après lui, les « big data » allaient caractériser ce qu’il appelait un « petabyte age », où les données « parleraient » d’elles-mêmes par la seule puissance d’algorithme d’analyses de données multidimensionnels.  Il n’y aurait alors plus besoin de faire des modèles pour prédire le […]

Macrotweet 2: Dépasser le latin scientifique

Le débat récent en France sur les prépas scientifiques a malheureusement fait l’impasse sur un sujet pourtant capital, à savoir le contenu programmatique d’une formation scientifique moderne de haut niveau. La France est, à mon sens, très en retard sur le sujet. La formation en classes préparatoire scientifique est excellente, oui, mais pour tout ce […]

Macrotweet 1: Uchronie scientifique

Un blogueur du Guardian propose un intéressant exercice de spéculation historique : que se serait-il passé si l’Allemagne avait gagné la Première Guerre Mondiale ? Evidemment, l’exercice est périlleux et probablement dangereusement optimiste, mais l’idée générale est qu’une Allemagne forte n’aurait jamais basculé dans le nazisme, qu’il n’y aurait eu ni Seconde Guerre Mondiale, ni […]

Charge de la preuve scientifique

L’ » affaire » Séralini rebondit avec le retrait -décidé par l’éditeur-de l’article controversé, qui se trouve donc « effacé » des tablettes de la science. Extrait du communiqué (trouvé sur retractionwatch ) : Unequivocally, the Editor-in-Chief found no evidence of fraud or intentional misrepresentation of the data. However, there is legitimate cause for concern regarding both the number […]

Publication, centralisation, hiérarchisation.

[Réaction à chaud suite à ce débat] Un peu comme pour la phrase de Rocard sur « la misère du monde », on oublie souvent la deuxième partie du célèbre techno-adage « Information wants to be free »: Information Wants To Be Free. Information also wants to be expensive. …That tension will not go away. La publication scientifique est […]

Pourquoi votre génome sera « pricé »

touch_id_finger
Le Guardian Science a publié une tribune assez étrange sur l’exagération des craintes face au séquençage individuel de génomes. Le message est le suivant: le génome est un objet complexe, et toute « prédisposition » n’est en réalité que statistique (i.e. ce n’est pas parce que vous aurez un allèle « défectueux » donné que vous aurez forcément la […]

iPhone, réfrigérateur et communication scientifique

Vous avez peut-être entendu parler de cette « étude » de Mark P Mills indiquant qu’un iPhone consomme plus d’énergie qu’un réfrigérateur: Bien que la charge d’une tablette ou d’un téléphone intelligent représente une quantité négligeable d’électricité, une heure de vidéo regardée par semaine consomme plus d’électricité sur le réseau que 2 nouveaux réfrigérateurs par an L’info […]